credit photo: massacreanimal.org

 

Mes chers lecteurs,

Rassurez-vous, je ne vous prends pas pour son Excellence IBK, président de la république du Mali et la lettre ne vous ai pas adressée.   je me sais  coutumière des lettres, mais celle-ci n’est pas de moi. Elle émane d’un jeune malien, et je ne suis que la…posteuse (celle qui fait le post , vous me suivez j’espère!). j’avoue avoir bien de lettres  personnelles sous ma coupe, que de choses révoltantes à …dire à  ces dirigeants- et pas qu’eux- à n’en pas finir,  mais parfois bloguer devient difficile même pour une fanm doubout!

c’est la lettre d’une jeune étudiant malien en journalisme option télévision au CESTI (Centre d’études des Sciences et Techniques de l’Information)de Dakar,  Mohamed Attaher Halidou. j’espère innover en lui prêtant ma tribune le temps d’une lettre…

 

Excellence, Monsieur le Président !

Jadis, les cadres maliens étaient fiers, fiers d’être bien formés. Le système éducatif malien était l’un des meilleurs sinon le meilleur de la sous – région. Il suffisait tout simplement de décliner votre nationalité malienne pour que les portes des universités étrangères s’ouvrent à vous, affirmait le professeur Dioncounda TRAORE, lors d’une plénière de l’Assemblée Nationale.

Excellence, Monsieur le Président !

Depuis un certain temps, le système éducatif malien s’est écroulé et cela de façon lamentable. Oui, « l’ancien système se meurt et le nouveau refuge de naître ». hélas, mille fois hélas !

Excellence, Monsieur le Président !

L’école est pourtant pour nation, ce que les enfants sont pour le foyer. Mais malheureusement aujourd’hui, la santé de notre chère école est préoccupante. L’école malienne souffre de beaucoup de maux parmi lesquels on peut citer : l’incompétence des acteurs chargés de l’éducation, la démission des parents, la baisse du niveau des enseignants, des élèves et étudiants, la promotion de la médiocrité, l’absence d’éthique et de déontologie, le vide des convictions et des valeurs, l’achat des notes et des diplômes. Que dire encore ? Face à cette situation qui n’honore pas le Mali, je voudrais comme certains maliens, tirer la sonnette d’alarme. Tout semble à croire que l’école n’est pas une priorité au Mali. En effet, depuis quelques années, on a l’impression qu’on cherche à sauver uniquement l’année scolaire ou universitaire mais pas l’école. Alors qu’il est question « d’attaquer le mal à sa racine » comme on le dit.

 

Excellence, Monsieur le président !

Dans un pays comme le Mali où le degré de considération est lié au degré de richesse, certains enseignants ont accepté le sacrifice suprême pour être des modèles, des références. Ils ont servi l’Etat avec loyauté et intégrité. Mais aujourd’hui, ils sont oubliés par la République. Quelle ingratitude ! Cependant, des médiocres excellent, souvent même au plus haut sommet de l’Etat en violation de toute règle de l’éthique et de la morale professionnelle et cela au grand « dam » des excellents. Est – ce à dire que c’est le règne de la médiocrité ? A César ce qui est à César ! Hommage à feu Karim TRAORE, brillant professeur de droit public, qui, toute sa vie durant a fait de l’enseignement, ce noble métier, un sacerdoce. Il est oublié par la République. Dieu seul sait qu’ils sont nombreux comme lui dans cette situation ! Aujourd’hui encore, sa brochure de droit constitutionnel est vendue comme du pain aux étudiants de la F.S.J.P sans le consentement de ses héritiers en violation des droits de la propriété intellectuelle. Quelle honte !

La promotion de l’intégrité doit être encouragée. Ceux qui servent l’Etat avec intégrité et loyauté doivent en retour bénéficier de la reconnaissance de la nation.  C’est aussi cela la République.

La prise de conscience est aujourd’hui une urgence. Ne dit – on pas que : « Celui qui n’a pas accès à l’éducation demeure dans l’obscurité. » Alors, sauvons l’école, notre chère école. L’avenir du pays en dépend ! L’école est le socle du développement et un pays ne peut se développer qu’en lui accordant la priorité et toute la priorité.

Excellence, Monsieur le président !

Enfin, permettez – moi de lancer un vibrant appel à tous les patriotes, à tous les démocrates, à toutes les filles, fils du Mali d’oeuvrer inlassablement pour que notre école, l’école de la République, « la respublica », « la chose publique » retrouve toute sa gloire d’antan.

Vive le Mali et vive l’école de la république !

 

credit photo: Faty

lancement de la formation Zineb Benalla et équipe de Pat-Mali. Credit Photo: faty

« Vivre ensemble » le nom des clubs de lecture suffit à résumer le but du projet initié par PAT-MALI (programme d’appui à la transition du Mali). Il s’agit de promouvoir la culture de la tolérance et de la liberté au sein des établissements secondaires de la région de Tombouctou.

Si du 24 au 27 novembre 2014, les 32 professeurs de plusieurs disciplines reçoivent une formation sur les méthodes de mise en place des clubs de lecture, la finalité du projet est d’offrir 320 e-readers aux enseignants, ainsi qu’aux membres des clubs de lecture.

credit photo: Faty

 Mohamed  Ag L. lors d’une animation, pronnant le vivre ensemble. Credit photo: Faty

Moyens humains et matériels ont été mis en œuvre pour permettre aux écoles d’enseignement secondaire et les instituts de formation professionnels de la région de Tombouctou de profiter de liseuses électroniques contenant plus de 4000 livres dans des clubs de lecture.

La formation a été menée de main de maitre et dans une ambiance bonne enfant par Zineb BENALLA, chercheur associée au centre arabe de la recherche scientifique et des sciences humaines à rabat, une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, non partisan, visant la promotion de la liberté, de l’état de droit et de la démocratie.

credit photo: Faty

 liseuses en main, au travail chers profs .Crédit photo: Faty

Heureux étaient ces 32 professeurs (parmi lesquels je figure) de recevoir ces liseuses et le CD (idées pour la liberté) qui leur permettront d’oublier la destruction de leur bibliothèque lors du règne des islamistes sur la vieille ville de Tombouctou d’avril 2012 jusqu’à janvier 2013 quand l’armée française à délogée les djihadistes du nord du Mali, les chassant jusque dans le désert.

Ce matériel aura aussi l’avantage de débarrasser les « professeurs de leur Bic rouge » (dixit Zineb Benalla, la formatrice) qui pourront se jeter de ce lourd manteau de sévérité et de rigueur pour devenir juste des facilitateurs, animateurs de groupes thématiques ayant le retour au vivre ensemble et à l’interculturalité pour les élèves de leurs clubs qu’ils auront choisi pour leur diversités.

credit photo: Faty

crédit photo: Faty

Les liseuses ont été distribuées à la fin de la formation , maintenant la balle est dans le camp des professeurs pour choisir les 10 membres de leur clubs de lecture et apporter leur pierre à l’édifice de la paix au Mali.

credit photo: faty

On pensait que seuls les groupes armés menaçaient le Mali depuis qu’ils avaient permis à l’armée malienne de vérifier la fiabilité du repli tactique comme stratagème militaire, mais la terrible maladie, qui a fait oublier le sida, le paludisme, le choléra a franchi la frontière de la  Guinée voisine pour s’inviter chez Soundiata… panique à Bamako.

credit photo: google images.

Crédit photo: google images.

Ebola veut faire un tour au Mali… le pire; on essaye de le gérer à la malienne.

On se rend compte que ce dispositif sanitaire à la frontière armée de pistolets détecteurs de forte fièvre est comme du gruyère, les malades passent (et tout le monde en réalité) comme ils veulent. Cette fois-ci, le malade s’est même permis de venir contaminer des gens dans une clinique Hightech pour y mourir et repartir à l’état de cadavre en Guinée sans être entraperçu par un seul policier ou un médecin à Kourélamalé ( frontière entre le Mali et la Guinée).

Bien loin de moi l’idée de vouloir que cette maladie si terrible, qui peut effacer toute une lignée en un rien de temps, à d’autres continents en dehors du notre, mais il faut savoir et reconnaitre que nos pratiques, la proximité, la pauvreté même, sont des facteurs qui favorisent la propagation de cette maladie.

Depuis février où débuta cette terrible pandémie en Guinée-Conakry voisine, la peur s’installa dans le cœur de chaque Malien, surtout les Bamakois qui une frontière des plus actives avec la Guinée.  Une amie américaine qui a longtemps vécu au Mali a pris immédiatement la décision de retourner aux Etats-Unis… Elle connaît notre (nous Africains fétichistes nous pensons que prière peut conjurer le mauvais sort ou prévenir contre une maladie comme Ebola ) goût pour le risque rehaussé par des conduites qui ignorent l’hygiène à cause destraditions.

Ainsi, la prévention d’Ebola veut qu’on se lave les mains au savon plusieurs fois par jour. Ne le dites pas au Malien, car une certaine « coutume » lui dit que l’homme qui lave ses mains avec du savon perdra ses biens comme il est en train de dépouiller de sa paume  cette « saleté répugnante » qui est en réalité sa fortune, d’ailleurs, les plus traditionalistes ne se lavent jamais au savon.

En plus, nous avions la fâcheuse manie de rendre visite aux malades ici. Oui, en groupe, bébés au dos, les mamans en oublient que ce sont de petits corps qui n’ont pas beaucoup de force quand il s’agit de combattre certaines maladies… Le lugubre spot publicitaire qui passe à la télévision nationale n’a pratiquement pas d’incidence sur les comportements de la population.  Si cette maladie se propage dans « ce Mali-là », il est très difficile d’avoir un contrôle de quoi que ce soit. C’est la raison de ma colère envers les dirigeants de cette clinique, dans laquelle un cas d’Ebola a été délibérément admis et caché à l’opinion publique et aux autorités sanitaires.

credit photo: faty

Crédit photo : Faty

Oui délibérément !

Quand vous admettez un malade venu de la Guinée, fiévreux, vous ne pouvez pas ne pas penser à Ebola. Le Malien n’est pas du type à cacher les décès rapprochés dans une famille, car il y voit un mauvais sort si ce n’est de la sorcellerie.

Mais non ! La très sérieuse et huppée clinique Pasteur, qui ne soigne que les riches de la capitale, soignait ce vieillard pour des problèmes rénaux, mettant la vie de toute une nation en jeu pour une histoire de renommée si ce n’est de nom (Pasteur), je pense qu’il se doit que les responsables de cet établissement soient sanctionnés – je ne veux dire châtiés- Je ne peux m’empêcher de penser que la vie de ce jeune infirmer -Salif pouvait être sauvée s’il avait été pris en charge tôt.

A son tour, celui qui a fait la radio développe la maladie, demain ce sera qui ? Le fils du voisin qui a aidé à le mettre dans le corbillard ? l’enfant d’une de ses filles ?

 

BAD 2014Le 16 octobre est le Blog Action Day, comme le laissait voir mon précédent billet qui vous donnait un avant-gout hier. Le thème est des plus intéressants : les inégalités. Le monde est cousu d’inégalité. Il est très difficile d’avoir une quelconque forme d’égalité dès qu’on examine le genre. Loin de moi l’idée d’utiliser cette journée d’action des blogueurs à travers la terre pour faire mon féminisme- d’ailleurs je ne suis pas féminisme, juste une éducatrice dépitée par les inégalités – mais l’écart grand et l’égard trop minime vis-à-vis des filles. Que des questions qui se bousculent dans ma tête, je pense à la scolarisation de fille qui est toujours base. Je ne peux m’empêcher un Grrrr…. Interne. Rage.

La culture, l’éducation, continuent à creuser l’écart entre filles et garçons. Le garçon peut laisser le champ paternel et partir à l’école, mais la fille ne peut se détacher de sa future tâche de ménagère. La mère, analphabète, partage l’avis du père dans la majorité des cas. Il faut conserver les coutumes coute que coute, quitte à rester pauvres et démunis. Mon constat n’est pas une grande découverte, les gouvernements du monde entier le savent, la formule du développement passe par une éducation de qualité pour tous les membres de la société, sans distinction de genre. Cela permettrait une croissance certaine…

Que le prix Nobel de la paix ait été donné à des acteurs de l’éducation n’est pas gratuit… que ce soit Malala, une fille qui a lutté du haut de ses 17 ans pour aller à l’école, mais aussi pousser d’autres jeunes filles à aimer l’école est un message que nous devrions tous comprendre du Jury des Nobels qui a ainsi fait un clin d’œil à tous les enseignants, les ONG, les organismes des nations unis qui œuvrent dans le cadre de l’éducation. Kailash Satyarthi donne du poids au message, car l’éducation met fin aux inégalités. Même si l’acculturation est une menace, l’éducation permet à la femme africaine(en tout cas !) d’échapper à son rôle de mange mil et d’exécutrice des mauvais ordres ( de l’excision au mariage précoce) J’en suis convaincue… SI l’Unesco soutient que «  c’est dans l’esprit des hommes que nait la guerre et c’est dans leur esprits que doivent être élevées les défenses de la paix » je crie volontiers Alléluia !!! en plus j’y trouve ma formule contre les inégalités : «  l’enseignement fait sauter les frontières de toutes les inégalités entre les hommes »

Pour la deuxième fois, je participe au Blog Action Day qui est un évènement planétaire qui rassemble des blogueurs de différents pays sur un sujet d’importance mondiale. Les inégalités, c’est le thème de cette journée du 16 octobre 2014.
Les sujets du Blog action Day ont pu tourner autour de l’eau, le changement climatique, la pauvreté, de l’alimentation, des droits de l’homme, cette année c’est sur les inégalités que les blogueurs planchent pour non seulement attirer l’attention sur cette question, mais aussi lutter contre l’injustice .
Des inégalités il y en a partout dans le monde, malgré la déclaration universelle des droits de l’homme de 1789 qui dans son préambule reconnait la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine. Cette déclaration dispose que : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » D’autres textes : chartes, conventions, lois, décrets de par le monde et les pays devraient permettre de bâtir un monde de justice et d’égalité, mais le constat est bien amer pour moi.
Nos vies n’ont pas la même valeur. Un Malien enlevé dans notre si grand Nord instable… c’est à peine si vous en entendez parler dans la presse nationale – ne parlons pas de la presse internationale- nous en avons eu l’exemple avec l’enlèvement de 5 travailleurs du CICR entre la poudrière Kidal et Gao en février 2014. La réaction n’aurait certainement pas été la même si les victimes étaient des personne d’une autre nationalité – je ne vais pas dire de Blancs pour ne pas avoir de propos racistes- le genre, le sexe, la couleur de la peau, la nationalité, le compte en banque, même le passeport sont des sujets criants d’inégalité.
Je ne sais pas ce que cela ferait naitre en vous, mais pour moi c’est un sentiment d’inégalité dans l’appréciation de la valeur des vies humaines.
J’ai le même ressenti concernant l’égalité des chances au Mali où je vis, plus qu’ailleurs, ce ne sont que des mots sans valeur.
Nous Maliens, serions tous égaux devant la loi, mais quand je suis rentrée au bercail, personne n’a pu m’expliquer pourquoi les enfants des Maliens de l’extérieur, qui rentrent pour poursuivre leurs études n’ont pas droit à la bourse d’étude. Pire, ils ont voulu me faire payer les mêmes frais de scolarité que les étudiants étrangers… 250.000 F CFA au lieu de 5000 F CFA.
Dans notre société, chaque fois que tu tournes le regard, ce sont des inégalités qui se jettent à tes yeux, pas besoin de lunettes pour les voir, mais ceux qui sont du bon côté de la ligne de démarcation se munissent de lunettes de bois.

 

Post Navigation