lettre ouverte d’une malienne au captaine Sanogo

Étiquettes
19 décembre 2012

lettre ouverte d’une malienne au captaine Sanogo

les lettres sont un peu à la mode sur Mondoblog. Il y ‘en a de tout genre et les destinataires renseignent sur l’objectif: de celui d’une grande sœur à  son petit frère à celui adressé à la compagnie des eaux du Cameroun en passant par la mienne que j’avais adressé à mon président sans oublier celle envoyée à Mohamed Morsi (j’ai adoré).

Celle-ci est  la deuxième que je publierais sur mon blog, j’aurai aimé (et osé aussi) en être l’auteur, mais malheureusement non.  Je n’en ai au point accouché, mais je ressens tous les mots utilisés par cette consœur dans toutes les fibres de mon corps. Oh! est-elle doué d’un pouvoir surnaturel?

Qu’elle exprime mes sentiments, mes ressentiments, ma pensée, ma crainte aussi, mon espoir en l’armée malienne!!! et elle me toucha encore plus car venant d’une femme comme moi, quand les hommes se taisent et acquissent craignant pour leurs vies, les nouvelles femmes ( pas des dragons en pagnes), CITOYENNES SURTOUT!

Que de commentaires: Un peu osée mais surtout courageuse madame !tu mérite honneur, respects et considérations.no comment!t as tt dis. Mention spéciale

Trêve de discussion la voilà

Bamako, 19 Décembre 2012

Attention :
Capitaine Amadou Haya Sanogo

Mon Capitaine,

Pour qui sonne le glas ?

Au-delà d’une trop facile mise en cause, l’exercice du pouvoir peut être dangereux…
L’armée ne fait pas la nation à elle toute seule, mais elle y participe grandement, ou plus exactement et malheureusement devrait y participer, et même être aux avant-postes. Mais on ne peut que constater, que c’est exactement le contraire aujourd’hui !

Je ne veux point choquer quelques bonnes consciences ni tarir nos bons et vaillants militaires tombés sous le champ d’honneur.

Mais force est de constater que notre pays, le Mali a été délibérément affaibli par sa propre armée, notamment par le putsch du 22 Mars 2012, début de la fracture entre la nation Malienne et son armée, des arrestations arbitraires, des bastonnades, des enlèvements, des promotions et des mutations fantaisistes résultante d’une trop grande ambition de nos militaires et soldats devenus des hommes d’affaires plus préoccupés par leurs petits intérêts personnels.

Mon Capitaine,

Un moindre mal est toujours un mal. Le mal est déjà d’avoir laissé se développer les idéologies de haine et de discrimination. Ne vous croyez pas seul, sachez que des gens comme moi sont tristes à chaque décès d’un de vos frères d’arme.

L’attachement à une simple fonction ne doit pas conduire à l’idolâtrie. C’est ma conviction, vous vous en rendrez compte bien assez tôt.

Pour des raisons de stratégie et de fierté nationale l’Armée Malienne ne peut reculer et devrait donc s’accrocher à défendre tout objectif sous le feu des bandits armés.

Pour la nation tout entière, le Mali doit être le symbole du courage et de l’abnégation.

Cette guerre est notre guerre,
Celle de la liberté contre l’asservissement,
Celle du droit contre la négation de tout droit,

Notre devoir est de montrer à nos soldats que leur engagement individuel dans ce métier ô combien difficile est toujours héroïque mérite un plus grand respect, un soutien inconditionnel et tous nos encouragements, car ils sont notre sang, et il est très simplement sacré.

Mon Capitaine,

Il faut revenir à une certaine humilité par un plus grand brassage et donner à nos soldats les moyens de se battre dans des conditions acceptables.

Seulement je suis, vous êtes, nous sommes, non seulement des contribuables, et j’apprécierai de savoir ce qui est fait de ma contribution financière aux armées, mais également des citoyens et nous avons donc le droit, et le devoir j’insiste, de commenter l’action de notre armée !

Par votre immense prétention d’avoir la Vérité,
Où sont les officiers supérieurs qui se doivent de combattre sur le terrain à la tête de leurs unités? Ils n’existent déjà plus depuis longtemps!…

Par votre immense prétention d’avoir la Vérité,
Faites en sorte que nos militaires ne deviennent pas des groupuscules dangereux responsables des agissements préjudiciables à la population du Mali et au moral Malien.

Mon Capitaine,
Pourquoi devrions-nous sacrifier notre honneur, notre réputation à la face des autres nations, sur des présupposés défaitistes ?

Entre les vérités et les réalités, j’ai fait mon choix !

Cordialement
Madiara Kone

Partagez

Commentaires

Fatouma
Répondre

la verité est là, tout près de nous, si quelqu'un ose en parler on ne peut que ke feciliter. On est ensemble, bravoooooo pour les autres articles

Aphtal CISSE
Répondre

Coucou, ma chère! Ouaip, comme promis, j'ai passé la nuit avec ta lettre, et franchement, j'aurais parié qu'elle était de toi même, si tu n'avais pas précisé l'avoir emprunté.
Il ya une chose que je n'arrive pas à comprendre, peut-être parce que je suis à l'extérieur. Sanogo là, fait-il l'unanimité? Sinon, comment arrive t-il à mettre sous sa botte, d'imminents intellectuels, et à faire taire des généraux de l'arméeou des plus hauts gradés que lui? Franchement, je ne comprends pas.
Aphtal

ADJIMOTI Gilbert
Répondre

tout le courage est à vous ma chère. en Afrique, lorsque les femmes lèvent le ton sur des sujets du genre, nous devons comprendre que ça ne va pas. je vous encourage dans la voix de la vérité. le Mali est un pays qui mérite beaucoup de respect. le capitaine Sanogo doit comprendre qu'il aura des comptes à rendre à la future génération.

Faty
Répondre

Merci du compliment, si les tous les maliens se reveillaient ....