petite esquisse

Étiquettes

Vue de l’extérieur le Mali est un pays politiquement bouillonnant (pourquoi bouillon de culture me vient-il en tête ?). Une chose est sûre c’est un pays qui a de sérieux problèmes. En effet, qu’est ce qui laissait présager en peu de temps ce pays qui forma d’abord une fédération avec le Sénégal  avant d’être un pays prometteur  pour se retrouverait dans cette situation  inédite? Prise entre deux feux(techniquement).

Le premier attisé par des barbus (l’article indéfini scie le mieux à ces gens venus de tous les horizons et qui sont de plusieurs nationalités) qui occupent le nord (livrés clé-en-mains par les indépendantistes touaregs) et font tout pour faire fuir la population et y rester : destruction de mausolée et de monument dans la ville de Tombouctou, application de la charia avec des amputations de membres pour les voleurs , port obligatoire du voile pour les femmes qu’ils voudraient voir disparaitre même de la circulation. Le policier du nom de Adama chargé de faire respecter la loi vestimentaire aux femmes n’a –t-il pas un malin plaisir à poursuivre les femmes avec son fouet en peau de chamelle (haha…) une chose est sure il leur faudra bien faire quelque chose de ou pour cette population du nord du Mali qu’ils tiennent par les armes, qui les maudissent à la fin de toutes les phrases qu’ils prononcent( une tante disait qu’il était tant que Dieu nous montre qu’il n’est pas de leur côté en leur faisant venir un malheur ).

Le second feu ? Il devait être la force qui sauverait le Mali, protègerait la population, qui réclamait plus d’armes et de moyens pour mater cette rébellion qui menace le pays mais hélas, elle se cantonne au sud et fait tout aussi pour y rester.

Entre les deux, il y a la population qui avait applaudit le départ de ATT pour lequel disait être prête à mourir, qui allait passer à l’idolâtrie du nouveau chef avant de se ressaisir, perdue, ne sachant plus qui écouter ni quoi croire tellement dépassée par le nombre d’évènements qui se sont passé à Bamako en si peu de temps ? Mais si heureuse d’entendre le discours de François Hollande en sa faveur, dépitée par certains qui profitent pour s’entretuer pour des futilités.

 

La prochaine fois je me contenterai juste de vous traduire des interviews avec des personnes originaires de Tombouctou déplacée à Bamako répondant à une seule question : que pensez-vous de ces gens qui occupent votre ville ? Je vous promets de n’omettre que les propos grossiers.

Partagez

Auteur·e

faty

Commentaires