Mali: le spectre de la fièvre d’Ebola plane encore…

Par défaut

Ebola. Le nom de cette rivière de l’ancien Zaïre, aujourd’hui RDC, sonne comme celui du plus mauvais  diable (c’est une des choses que les maliens craignent le plus) qui nous menace.

credit photo: www.pieuvre.ca

credit photo: www.pieuvre.ca

La rumeur s’est transformée en une sorte de psychose après la diffusion d’un communiqué de presse du gouvernement sur le sujet qui acheva  de créer la panique au gré des interprétations : « Le Gouvernement du Mali informe la population que la fièvre hémorragique d’Ebola dont l’épidémie est actuellement en cours en République de Guinée est une maladie grave et très contagieuse.

Elle se manifeste par une poussée de fièvre accompagnée de diarrhées, de vomissements, de fatigue intense et parfois de saignements.

La transmission se fait par contact direct à travers le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés. Le contact avec les cadavres d’animaux sauvages (singe et chimpanzés, chauve-souris entre autres) et les dépouilles des sujets infectés lors des rites funéraires constituent aussi des facteurs de risques élevés.

Or, à ce jour, il n’existe aucun traitement efficace, ni de vaccin contre cette maladie. C’est pourquoi, le gouvernement invite la population au respect strict des mesures de prévention édictées par les services de santé.

Il conseille aussi d’éviter tout déplacement non essentiel dans les zones épidémiques.

Il lance un appel également au personnel de santé pour respecter et à faire respecter scrupuleusement les mesures de protection individuelle indispensables à la prévention de la maladie. »

Il faut dire que ni la langue ni le vocabulaire utilisés dans le communiqué  n’étaient point accessibles au malien lambda. C’est à l’animateur le plus adroit pour  faire passer le message à travers spots en langues nationales et émissions radiophoniques…. Ensuite à qui comprendra mieux mieux…

Pendant que certains y comprennent que toute la Guinée est en train de mourir de cette maladie qui n’a pas de remède ; d’autres comprirent que la maladie est déjà au Mali et  qu’il ne faut plus sortir de chez soi, éviter tout endroit où on peut rencontrer des guinéens, des singes ou des chauves-souris, les plus pessimistes se voient déjà morts. Quand mes neveux revinrent de l’école et me dirent que leurs maitres leur avaient dit de ne pas jouer avec les chauves-souris et de prêter attention à leur urines et à leurs salives parce que la présence de sang pourrait être le signe de  « FIER  D’ESBOLA » j’en suis restée bouche bée et en ai oublié de rire !!!

Des enseignants peuvent se permettre une telle chose ?

La promptitude et la vitesse à laquelle le gouvernement diffusa ce message de mise en garde ne me plut point, car mettre le peuple en garde –contre quoi que ce soit- ne semblait pas être leur mission favorite, en plus j’ai juste compris  une intention de faire de l’excès de zèle !

Les attentats ou les lancées d’obus dans les villes du nord nous ont-ils valu une seule fois un communiqué de presse ?  Et toutes ces maladies qui sévissent au Mali ? Le cancer du sein ? Le paludisme ? Le Sida ?la tuberculose ? La malnutrition ? le MNLA, sa république – même si elle n’est pas islamique- de l’Azawad et ses soutiens – Du président du Burkina Faso à la Suisse en passant par le grand manitou- n’est-il pas un spectre plus menaçant que cet « Ebola » ?

La fièvre Ebola est mortelle, la Guinée est proche  c’est certain, mais qu’ont-ils dit à propos de l’envahissement de la zone de Yanfolila pour l’exploitation artisanale de l’or par des migrants venant de la sous-région entière et faisant planer la menace du SIDA et des MST sur toute cette zone  en plus du banditisme ?

Malheureusement, les trois cas suspects sont venus aggraver la situation et rien d’étonnant à ce que les jeunes du quartier qui a été choisi pour abriter le site de quarantaine, Lassa, se révoltèrent et parvinrent  à le faire déguerpir…car ils  ont si peur qu’ils croient que le virus peut les affecter quelques soient les précautions.

En attendant les résultats des examens sanguins, la  vie continue…Oumar Tatam Ly démissionne et laisse le poste de premier ministre à un autre jeune loup : Moussa Mara.

 

 

The following two tabs change content below.
Faty
Formation de psychologue, enseignante d'abord ensuite beaucoup d'autres métiers. ..engagée jusqu'au bout et eternelle amoureuse de sa ville natale , Tombouctou.

2 réflexions au sujet de « Mali: le spectre de la fièvre d’Ebola plane encore… »

  1. Mahamadou Touré

    Au fait,c’est l’un de tes anciens élèves,je suis très ravi de ce que vous faites.C’est un acte patriotique,surtout le côté sensibilisation c’est très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.